Les étapes 2021

                    Corn samedi 24 juillet

075-009-corn-la-rouquette-point-de-vue-p
075-015-corn-pat-river-le-cele-bourg-01-
Corn © Lot Tourisme - C. Novello 151023-
075-007-corn-pat-cazel-la-cazelle-des-co
075-008-corn-pat-lav-lavoir-de-la-fontai
corn_314790.jpg

 Corn, petit village chargé d’histoire

 

D’une racine pré-celtique, Kor-n évoque une hauteur, un rocher, un escarpement, mais aussi la même racine Kor évoque une histoire de pierre.

Petit village situé dans le département du Lot en région Occitanie, à la fraîcheur de la rivière du Célé, on peut y contempler la vallée bordée de falaises.

Les gentilés de cette charmante commune s’appellent les Cornicquois et cornicquoises.

 

Situé entre 159 et 424 mètres d'altitude, au cœur du Parc Naturel des Causses et du Quercy, cette commune se trouve sur le GR651, étape du chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

 

Chargée d’histoire, la paroisse de Corn comptait au Moyen-âge trois châteaux dont deux ont conservés leurs fières allures.

Les châteaux de Goudou et de Roquefort sont situés de part et d'autre du Célé. Le troisième eu centre du village a perdu son donjon courant du XXème siècle.Il reste cependant une belle demeure.

Le manoir de Mandens construit au XVI ème siècle par un notable de Figeac larque l’entrée de la commune.

Près de l'église, la résurgence de Corn provient, avec un dénivelé de 155m, de la perte de Mansonnet sur la commune de Reyrevignes à plus de 5 Km. Elle alimente un ensemble de canaux et de lacs souterrains. En temps de crue, le trop plein se déverse en pleine falaise par l'ouverture de la grotte des Consuls qui mesure plus de 20 mètres de profondeur. L'eau va rejoindre le Célé 200 mètres plus bas.

La grotte du curé longue de plus de 900m connue grâce à son lac souterrain une éphémère exploitation touristique qu'une violente crue en 1905 stoppa définitivement. Plusieurs fouilles ont révélé que la grotte avait servi à la fin de la préhistoire de lieu de sépulture grâce à la découverte de plusieurs squelettes avec des bijoux.
Les grottes des Consuls et de la citadelle, comme leurs noms l'indiquent, étaient réputées inaccessibles si ce n'est via des cordes et échelles. Elles ont servi de refuge à la population de la commune, d'abord pour échapper aux invasions sarrasines, puis franques, jusqu'aux guerres de Cent ans et de religion ainsi qu'à l'époque révolutionnaire pour les prêtres réfractaires.
Souvent aménagées, avec mur de protection et réserves de nourritures, ces grottes sont présentes dans toute la vallée.

Le moulin de Cavarroc, existait déjà au XVIe siècle. Il tire son nom de son emplacement situé à l'entrée d'une faille qui divise la falaise et permet, par un sentier, d'atteindre le plateau. La proximité de la rivière fournissant l'énergie hydraulique et la présence de cette échancrure dans le rocher qui permettait de descendre le blé et de remonter la farine à dos de mulet a favorisé l'installation de ce moulin.

 

La fontaine Cournillou  est située en plein causse où l'eau est rare. La source de Cournillou, particulièrement abondante, a toujours été utilisée par les agriculteurs du plateau.
Ce n'est qu'au début du siècle que son exploitation rationnelle a été mise en place avec une mare servant d'abreuvoir pour les bêtes, un lavoir pour lingères et une pompe pour la consommation humaine.

 

La maison du Vigneron

Jusqu'en 1878 ,les vignes ont couvert, dans toute la vallée, l'ensemble des coteaux exposés au Sud. Le vin, facilement exportable, a enrichi des générations de vignerons dont les demeures se remarquent par leur forme typique : une vaste cave bien aérée où reposent foudres et barriques, une terrasse en avancée et un ou deux pigeonniers latéraux, symbole au XIX° siècle, d'indépendance et de richesse.

Métier à ferrer

Adossé à une maison de forgeron qui date du XVIII° siècle, entre l'église et l'ancien château, le métier à ferrer servait à maintenir les bêtes immobiles  le plus souvent des bœufs .

www.tourisme-figeac.com

05 65 34 06 25

Crédit Photo  Office du tourisme Corn

Marcilhac-sur-Célé dimanche 25 juillet

Marcilhac-sur-Célé Lot Tourisme - Teddy
Marcilhac-sur-Célé Lot Tourisme - Teddy
Découverte en famille des caselles Lot T
Découverte de l_Abbaye de Marcilhac Lot

Marcilhac-sur-Célé, un village qui respire la tranquillité à la fraîcheur des rives du Célé.

 

Située dans le département du Lot, au cœur de la vallée du Célé sur le chemin de St Jacques de Compostelle, l’altitude de ce joli village varie entre 140et 391m. On nomme les gentilés les Marcilhacois(es).

Dans un écrin de falaises autour des restes de son abbaye contemporaine, Marcilhac -sur-Célé est arrosée par la rivière du Célé d’où son nom. Située dans son bourg,  une plage enherbée permet de s’y baigner.

 

Sur places un riche patrimoine à découvrir :

L’abbaye de Conques : elle date de fin du XI ème, créée par Moissac au IX ème Siècle, elle accueille les pèlerins de Compostelle. De l’ensemble subsistent les ruines romanes, la reconstitution gothique et la belle salle capitulaire et ses sépulcres.

 

Dans l’enceinte de l’abbaye, La maison du Roy, daterait du XVIe , servant autrefois d’accueil aux pèlerins. On peut y découvrir aujourd’hui un musée d’art sacré.

 

Les Caselles : Marcilhac-sur-Célé est réputée pour le nombre de caselles  qui sont des constructions en pierres sèches, que l’on trouve sur son plateau, environ 400. Carrées, rondes avec un étage ou cheminées, elles étaient réalisées par les bergers entre les XVIII et XIX e siècles visant à leur servir d’abris.

 

Les Cayroux :  Sur les plateaux, on remarque la présence de murs en pierres sèche et de cayroux qui sont en fait un entassement de pierres retirées des champs, typiques des causses calcaires.

Les dolmens : Trois dolmens situés à quelques centaines de mètres les uns des autres au bord d’une doline.

Crédit Photo  Office du tourisme Lot Tourisme- C. Asquier

Saint-Cirq-Lapopie lundi 26 juillet

Lever de soleil sur Saint-Cirq Lot Touri
Village de Sainrt-Cirq-Lapopie Lot Touri
Porte de Rocamadour à Saint-Cirq-Lapopie
Découverte de Saint-Cirq-Lapopie Lot Tou

Saint Cirq Lapopie, perle médiévale perché au-dessus de la rivière du Lot.

 

Ce majestueux village lotois, perché à une centaine de mètres, sur une falaise surplombant un méandre du Lot est absolument spectaculaire. Ce haut lieu touristique de toute beauté est classé plus beaux villages de France.

 

Situé entre 120 et 389 mètres d’altitude, ses habitants sont appelés les Saint-Cirquois(es).

 

Oui il faut le dire, Saint-Cirq-Lapopie est un chef d’œuvre de l’époque médiévale, un Trésor d’architecture qui vous invite à une balade à travers ses ruelles pavées, ses façades à colombage et son belvédère.

 

Ce vestige de la France des seigneurs offre une cascade de toits en tuile vu du ciel, et une église démesurément grande pour les quelques moins de deux cent habitants qui y vivent à l’année.

 

Saint-Cirq-Lapopie est aussi un village-musée presque entièrement classé et bien connu des artistes, dont André Breton, qui acheta et s'installa dans l'ancienne Auberge des mariniers dans les années 1950.

 

Au sommet du plateau on y aperçoit  les ruines de trois châteaux et l'église du Saint-Cirq-et-Sainte-Juliette du XVe siècle .

 

www.cahorsvalleedulot.com

05 65 31 31 31

 crédits photos:  office du tourisme Saint-Cirq-la-Popie Lot Tourisme, Teddy Verneuil.

Varaire mardi 27 juillet

varaire 2.jpg
varaire 4.jpg
Varaire 1.JPG

Varaire  village lotois au cœur du Pays du » Champignon Noir ».

On nomme ses gentilés les Varairois et les Varairoises.

 

Ce charmant village lotois est situé au pays de la Truffe, à mi-chemin entre Limogne en Quercy et Lalbenque, la capitale mondiale de la truffe.

 

Il est aussi sur le Chemin de Saint Jacques de Compostelle, avec la Via Podensis.

 

Au XIIIème siècle, un hôpital avec une église accueillait les pèlerins,  connu sous le nom de Saint-Jacques-de-Peyronèse.

Aujourd'hui, c'est une croix sur un muret qui en marque l'emplacement: LA CROIX DE PETRONILLE.

De cette époque, subsiste une tour, vestige du château, et un très grand lavoir communal , aux dimensions seigneuriales.

 

La limite sud de la commune fut formée par le chemin "Cami Gasco", ancienne voie romaine qui reliait Caylus à Cahors pour des échanges commerciaux.

Varaire est aussi connu pour abriter le dolmen le plus imposant du département du Lot : le dolmen du Mas de Coti : 5 mètres de long et un poids estimé à près de 11 tonnes !

 

Ne quittez pas Varaire sans avoir visité le Château de Couannac, un voyage hors du temps.

 

De Varaire, partent des chemins de randonnée qui vous mèneront aux Phosphatières du Cloup d’Aural, d’anciennes mines à ciel ouvert de la fin du XIXème siècle à visiter absolument.

 

Varaire, c’est aussi la douceur de vivre de ce coin du Quercy, avec ses producteurs de produits de terroir, la truffe bien sûr , fromages, miel, confitures  …..son marché coloré, les vendredis et quelques bonnes tables, fermes auberges ou restaurants où vous apprécierez la convivialité et une cuisine généreuse et savoureuse.

 

Infos : Mairie de Varaire : 05 65 31 53 61

Caylus mercredi et jeudi 28 et 29 juillet

DSC_3489.JPG
Lac Labarthe Caylus crédit photo CPIE Qu
DSC_3480.JPG
DSC_3596.JPG

Caylus un bourg historique et pittoresque.

 

Situé dans le département du Tarn-et-Garonne, ses habitants sont appelés les Caylusiens et les Caylusiennes.

Son altitude varie entre 170 et 385 m.

La Bonnette, affluent de l'Aveyron, arrose son territoire ainsi que les ruisseaux de Barthe Redonde et de Fonpeyrouse.

 

Le village s'appelait anciennement Caylus-de-Bonnette, ou Caylus-Bonnette.

Un chevalier romain, nommé Caius Lucius, aurait fait construire un château, à l’origine de la ville qui porte son nom.

 

Caylus fut, en 1257, la première châtellenie du Quercy, qui demeura fidèle au catholicisme pendant les guerres de religions.
La commune possède sur son vaste territoire quatorze églises, dont neuf sont paroissiales et une privée. L’église Saint-Jean Baptiste, édifice remarquable classé Monument Historique, fut élevée dans le courant du 12ème siècle par les habitants pour desservir l’agglomération née sous la protection du château.

 

La cité médiévale de Caylus propose une richesse historique importante à découvrir. A Caylus il fait bon de flâner dans le bourg ancien et les petites rues de la bastide.  Les venelles moyenâgeuses s’accrochent au flanc d’une colline rocheuse d’où émergent les restes d’un château qui lui a sans doute donné son nom: «Castellucium: petit château». Vous découvrirez au hasard des ruelles les fontaines de Liffernet et de Chantepleure, l'escalier en colimaçon de l'avenue du 8 mai, quelques bas-reliefs ou  autres portes de belles qualités architecturales.

 

Les amateurs de chefs-d’œuvre anciens et de "vieilles pierres" seront comblés par les nombreuses maisons anciennes et boutiques "moyenâgeuses" de la rue Droite, le château neuf, les ruines de l'ancien château royal et le pavillon Gauléjac logis du XVe sur lequel fait saillie une tourelle polygonale contenant un escalier à vis qui conduit aux différents étages.

L'église Saint Jean Baptiste (XIIIéme siècle), la Halle (XVIème siècle) et la Maison des Loups (XIVème siècle) sont classés monuments historiques.

La place de la maire, avec les façades et les toitures des immeubles qui la bordent, fut classée aux Sites Inscrits le 30 Décembre 1943. La Halle devint Monument Historique le 16 février 1900.
Par la structure et la forme de ses piliers, la Halle date de la fin du XVème siècle, début du XVIème. Construite en 1505, primitivement située sur le côté opposé de la Place, elle ne comptait que quatorze piliers. Elle a été déplacée et agrandie en 1905.

La Maison des Loups : En descendant la Rue Droite en direction de l'église, on peut admirer de belles bâtisses moyenâgeuses en pierre ou à colombage.
Presque en bas sur la gauche, vous pourrez découvrir une bâtisse dite "Maison des Loups" en raison de ses "gargouilles" en forme de l'animal.

En face, attenant à l'église, le portail obscur, vestige d'une des portes de la vieille ville.

L'ancien château royal - La vieille tour : De ce dernier, il ne subsiste plus que la "vieille Tour" qui domine toute la ville, au-dessus d’un terreplein assez vaste et agréablement boisé.

 

*Depuis 1993, le Marché des Potiers de Caylus anime la belle place de la halle du village les 14 et 15 août de chaque année. 35 céramistes et potiers de la région et d’ailleurs, présentent leurs créations dans un cadre pittoresque et une ambiance conviviale.

DSC_3476.JPG
DSC_3608.JPG

 crédits photos: CPIE Quercy Garonne, office du tourisme de Caylus " Causses et Gorges de l'Aveyron

Najac vendredi 30 juillet

Najac crête.JPG
Najac.Vialaron 2021.03 005.JPG
DSC_8136 eau.JPG
Chateau brume2.JPG

cf: Jean Pierre Bartheye

Najac chef d’œuvre du Moyen Age.

 

Classé  plus beaux villages de France, Najac peut s’enorgueillir de posséder un riche patrimoine architectural.

 

Situé dans le département de l’Aveyron, on nomme ses habitants les Najacois(es).

 

D’une altitude qui varie entre 158 et 507 mètres, Najac, village à rue unique a l’air d’être en équilibre sur une arête rocheuse.

 

Cette cité médiévale autrefois convoitée par les Rois de France ou d'Angleterre, étire ses maisons aux toits de lauze au-dessus des gorges sauvages de l'Aveyron.

C'est en empruntant le chemin de ronde que le regard s'émerveille sur les grands espaces.  

Classé « Grands Sites Occitanie ». Najac est un village vert, entouré de forêts qui été comme hiver, offrent des tonalités étonnantes et variées.

 

Perché sur une arête rocheuse d’une longueur exceptionnelle, Najac s’étire tout au long d’une rue unique, érigé sur un promontoire qui domine la Vallée de L’Aveyron, en contrebas du village où d’étroites gorges enserrent la bastide.

 

 L’impressionnante forteresse royale perchée sur les rochers est l’archétype de l’art militaire médiéval. Du haut du donjon, le panorama y est époustouflant.Construite au milieu du XIIIe siècle elle est l’œuvre d’Alphonse de Poitiers, frère de Saint Louis aujourd’hui classée au titre des monuments historiques.

 

En flânant dans le village vous découvrirez  L’église Saint-Jean-l'Évangéliste (XIIIe - XIVe siècle), caractéristique du gothique méridional, la chapelle Saint-Barthélémy (XIVe siècle), transformée en habitation.  La porte de la Pique (XIIIe siècle), entrée fortifiée, la maison du Gouverneur (XIIIe - XVe siècle). La maison du Sénéchal (XVe - XVIe siècle), la fontaine des Consuls, datée de 1344, en forme de dodécagone. La place du Barry (XVe siècle) avec ses couverts, le pont Saint-Blaise, inaccessible aux voitures.
 

De nombreuse boutiques d’artisans créateurs et de produits locaux, sont une invitation à la découverte d’un savoir -faire unique pour le plaisir des yeux et des papilles.

 

Najac, c’est aussi des sports nature pour tous : canoë kayak, randos, balades, escalade, accrobranche.

En été ,tous les mercredis se déroule le célèbre marché de producteurs aux saveurs locales exceptionnelles. 

Des évènements incontournables comme la Fête de la Saint-Barthélémy et de la Fouace le 24 Août ou les Médiévales sont des occasions de découvrir la cité.

Villeneuve d'Aveyron samedi 31 juillet

vue d'avion robert torres.jpg
©_Jerome_Morel_IMG_4146.JPG
robert torres.jpg
torres.jpg
torres 3.jpg

Villeneuve d’Aveyron, splendide cité médiévale.

 

Située dans le département de l’Aveyron, on nomme ces habitants les villeneuvois et les villeneuvoises.

 

D’une altitude située entre 300 et 500 mètres, Villeneuve est l’une des cinq bastides du département.

Ces bastides furent construites aux XIIIe et XIVe siècles pour faire face à la forte croissance démographique dans la région du Sud-Ouest.

 

Sauveté, fondée en 1053 autour d'un monastère, la Bastide de Villeneuve est l’une des premières bastides du Rouergue qui sera rattachée en 1271 au domaine royal.

 

Des fortifications importantes qui l'entouraient, il subsiste de nombreux vestiges, en particulier deux belles portes percées de deux tours carrées.

 

Cité médiévale intacte. En effet, l’accès dans Villeneuve d’Aveyron se fait par l’une des quatre tours dont deux sont restées intactes. Il fait bon de s’y balader, en empruntant les ruelles étroites où l’on découvre l’architecture typique des bastides. Sur la place centrale, la place des Conques, le temps s’arrête.

 

On admire les arcades, les maisons moyenâgeuses et Renaissance avec leurs arcades en ogives, la Maison du Mazelier véritable chef d’oeuvre, la porte Haute et la porte de Cardalhac, toutes deux médiévales.

Les jolies façades de pierre percées de fenêtres à meneaux, sont autant de choses à admirer.

 

L’architecture de l’église du Saint-Sépulcre est surprenante ! Au XIVe siècle, l’abside de l’édifice roman a été détruite pour y construire une nef gothique beaucoup plus lumineuse.
Villeneuve d’Aveyron est aussi célèbre pour son marché de producteurs, haut en couleurs et en saveurs, tous les dimanches matin, toute l’année.

 

A Villeneuve d’Aveyron, dans une très belle demeure médiévale, La Maison de la Photo présente l'exposition permanente de Jean-Marie Périer, célèbre photographe de « Salut Les Copains ».

 

Ses photographies sont devenues des classiques de l'âge d'or du rock avec quelques 200 photos de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Françoise Hardy, Jacques Dutronc, Claude François ….. et toute la bande des années 60.

Cf: Jérôme Morel.OT ouest Aveyron .Robert Torres